Le 29 janvier 2011

Avant-Première Garri Bardine


C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons salué Le Vilain Petit Canard, film d’ouverture du festival Ciné-Junior. Son auteur, grand et ferme, a avoué pleurer a chaque fois qu’il redécouvrait la fin. Car – on peut l’entendre – loin de posséder une fierté mal placée, le réalisateur agite, par ce nouveau film, quelques fondements de l’humanité. Et, même si sous nos yeux nous découvrons l’adaptation d’un Conte d’Andersen ( a ce titre le travail pictural approche celui des Chaussons Rouges de Mickaël Powell), grand de paraboles et de poésie, une résonance politique s’impose à nous. Résonance qui approche le témoignage lorsque Garri Bardine concède ne pas pouvoir donner un éclairage véritable sur son film, ailleurs que hors des frontières de son pays. Formidable poulailler où oies et canards sauvages ne sont pas de mise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *